Catégorie : HIDA

À la découverte des Hauts-de-France

Cinquante élèves, suivant l’Enseignement d’Exploration Patrimoines en seconde,  l’Option Facultative Histoire des Arts en première et terminale, et l’Option Arts Plastiques, ont parcouru du mercredi 20 décembre au vendredi 22 décembre dernier de très beaux sites de la région lilloise. Ces visites ont permis d’illustrer utilement les enseignements reçus au Lycée en Forêt. Terreau fertile alimentant la réflexion autour des notions, elles ont aussi permis aux élèves de terminale d’enrichir leur carnet de bord, étape préliminaire à la constitution des dossiers pour l’épreuve de baccalauréat.


Le site minier de Lewarde : « représentations et mémoire du travail » *


La villa Cavrois : « architecture et urbanisme »*

La Piscine de Roubaix** (musée d’art et d’industrie): « des lieux pour l’art »*, « scénographier l’art »*

Le LaM (Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain, et d’art brut) : « des lieux pour l’art »*, « scénographier l’art »*.

Notions au programme de l’Enseignement d’Exploration Patrimoines, ou de l’Option Facultative Histoire des Arts

** Architecte : J.P. Philippon, 2001

 

Culture artistique dans les Hauts de France

Après Bruxelles en 2016, c’est encore le nord qui a été retenu pour le voyage culturel réservé aux élèves de première et terminale suivant des enseignements artistiques (Options facultatives « Arts plastiques » et « Histoire des arts » + Enseignement de spécialité arts plastiques).
Ainsi, du 20 au 22 décembre 2017 nous avons sillonné Lille et sa région alternant des sites à caractère patrimonial comme la mine de Lewarde ou le centre historique du vieux Lille et des lieux d’art tels que « La Piscine » de Roubaix, le LAM ou la villa Cavrois de Mallet-Stevens à Croix.
Pour parfaire notre immersion dans le pays « ch’timi», la météo nous avait réservé ses tonalités locales…

 

Visite aux Tanneries d’Amilly – 29/11/2017

Mercredi 29 novembre dernier, les élèves de l’option facultative Histoire des Arts étaient en visite au Centre d’Art Contemporain Les Tanneries d’Amilly. Baigné ce matin-là dans une brume douce qui en estompait les contours, l‘édifice s’est ouvert, offrant aux lycéens la générosité de ses volumes : sa Grande Halle, imposante, de ciment brut et de bois odorants ; sa Verrière, longue galerie bordée de couleurs automnales, les roux et verts moussus du parc ; sa Galerie Haute, refuge douillet, chaud, aux lumières tamisées.

Au contraste des lieux d’exposition, répondait le contraste des œuvres exposées :

  • les grandes formes polies, laiteuses, de Wesley Meuris (les « display », estrades, socles, ameublements de rangement… formes sculpturales, d’une modularité adaptable à de multiples narrations)

  • les œuvres présentées dans le cadre de la biennale d’architecture d’Orléans, dont le thème est, pour la présente édition : «Marcher dans le rêve d’un autre ». Dans le cadre de cette exposition les élèves ont découvert les travaux suivants :

– « RETENUE D’EAU », une  « piscine d’eau de mer » de Thomas Raynaud (une grande maquette des deux bassins de béton construits sur une plage du Cotentin, s’emplissant d’eau de mer ou se vidant au fil des marées) ,

– « SLEEPER CELL », un « igloo » de bois hérissé de Suzanne Husky (une évocation des modes de vie primitifs).

– Et une exposition sur l’architecte Guy Rottier, grande figure artistique de la seconde moitié du 20ème siècle, créateur pétri d’humour, d’une inventivité foisonnante.

F. Devaux, H. Flaicher

 

 

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén